La Chronobiologie/La Méthode Forking

Petit-déjeuner : le repas le plus important de la journée

On a souvent tendance à négliger le petit-déjeuner par manque d’appétit ou de temps, puis pas habitude. C’est pourtant le repas le plus important de la journée, essentiel pour votre bon équilibre alimentaire.

 

Equilibrer ses apports tout au long de la journée

La règle centrale pour suivre la méthode Forking est d’équilibrer les apports et les dépenses énergétiques. L’alimentation quotidienne de chaque individu doit lui apporter une quantité suffisante de différents macro-nutriments (protéines, lipides, glucides) et micro-nutriments (vitamines, minéraux et oligoéléments).

Le rôle principal des protéines est de composer la structure physique du corps, tandis que les glucides et les lipides nous apportent surtout de l’énergie. Vous pouvez consulter les valeurs d’ANC (apports nutritionnels conseillés) qui sont disponibles sur le site de l’Anses (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail).

Le principe étant posé, pour la majorité d’entre nous, c’est un casse-tête ! On ne remplit pas son panier de ménagère avec sa liste d’oligoéléments, de vitamines, de protéines… et son dictionnaire.  Nous vous conseillerons dans la partie suivante sur les familles d’ingrédients, pour composer un petit-déjeuner équilibré d’une journée type Forking.

 

Un petit-déjeuner riche

L’omission du petit déjeuner est en progression constante, en particulier auprès des jeunes générations, cette étape n’est pourtant pas négligeable.

Les cellules ont besoin de bonnes graisses pour se régénérer. Le petit déjeuner est le moment idéal pour les absorber.

Les aliments d’un petit déjeuner équilibré devraient apporter une source de glucides à la fois complexes (pain complet, céréales complètes), simples (confiture, miel), une source de graisses (beurre ou fromage), un produit laitier (lait, yaourt) et des fruits (jus ou fruit).

Si vous vous obstinez à vous passer de petit déjeuner, cela entraînera des carences en micro-nutriments (calcium, vitamines B, vitamine C, magnésium…) qui ne peuvent pas être « comblées » par les autres repas de la journée. Privé de petit déjeuner, l’organisme essaye tant bien que mal de compenser. Il envoie des messages au cerveau, la faim se fait alors sentir et nous incite aux grignotages, et à la consommation de produits gras et/ou sucrés, peu rassasiants.

 

Le petit-déjeuner est le meilleur moment pour se faire plaisir

L’organisme réveille de la synthèse du cholestérol, des lipases, ces enzymes qu’on adore ! Car ils aident à la digestion des graisses.

Nous sommes alors capables d’absorber des lipides saturés et des glucides lents. Au petit déjeuner le corps se réveille a besoin d’énergie et va « bruler » plus facilement ce que l’alimentation va lui apporter.

Après avoir laissé passer 4 à 5 heures pour laisser le temps à votre corps d’assimiler le petit-déjeuner et de faire le travail, vous serez en appétit de façon plus modérée pour attaquer le déjeuner.

A retenir donc l’adage décliné sous des formes multiples :

« Petit déjeuner comme un roi, déjeuner comme un prince et dîner comme un mendiant »

 

N.B. Attention, il faut tenir compte de vos particularités. En effet, nous n’avons pas tous les mêmes besoins.  Par exemple, si pour 80 % d’entre nous, le petit déjeuner est fondamental, chaque métabolisme est particulier. 20 % de personnes souffrent d’un hyper-insulinisme qui fait que lorsqu’elles prennent un petit-déjeuner, elles présentent un malaise important en fin de matinée qui nécessite une nouvelle prise alimentaire.  Il s’agit d’adapter la méthode Forking à vos spécificités. 

* Perte moyenne constatée de 3,3 kg/mois pour un IMC de 25,3. Attention, ces résultats peuvent varier d'une personne à une autre.